Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE CHAMFORT.

2l5

SEPTIÈME TABLEAU.

Le prince de Lambesc entrant aux Tuileries par le Pont-Tournant, le 12 juillet 1789.

On s’étonnera peu sans doute que ce même jour du 12 juillet ait produit, à la fois et presque à la même heure, plusieurs de ces scènes imposantes ou terribles, que la peinture et l’histoire s’empressent également de transmettre à la postérité. Rien ne prouve mieux qu’il existait, entre toutes les classes de citoyens, un ordre de sentimens communs à tous, auxquels se ralliaient alors les habitans de cette grande ville, divisés depuis par la différence des opinions et des intérêts.

Nous avons vu cette nombreuse portion du peuple qui accompagnait les bustes de MM, Necker et d’Orléans se partager en trois files, dont l’une se précipita dans les Tuileries par le Pont-Tournant ; ceux qui la composaient y furent poursuivis par un fort détachement de Royal-Allemand, que commandait le prince de Lambesc, alors à la tète de sa troupe. C’était le dimanche, un jour où les promenades publiques sont remplies de monde. Le voisinage des Champs-Elysées, la curiosité même d’être à portée de voir les manœuvres des troupes qui alarmaient la capitale,