Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE CHAMFORT. 71

ans. — Oui, mais le coït, reprit le prince ? — Madame votre mère…. répondit Beaumarchais. (La princesse était morte à soixante-dix neuf ans. )

— Tu as raison, dit le prince ; il n’est pas impossible que j’en revienne. »

— M. le régent avait promis de faire quelque chose du jeune Arouet, c’est-à-dire, d’en faire un important et le placer. Le jeune poète attendit le prince au sortir du conseil, au moment où il était suivi de quatre secrétaires d’état. Le régent le vit, et lui dit : « Arouet, je ne t’ai pas oublié, et je te destine le département des niaiseries.

— Monseigneur, dit le jeune Arouet, j’aurais trop de rivaux : en voilà quatre. » Le prince pensa étouffer de rire.

— Quand le maréchal de Richelieu vint faire sa cour à Louis XV, après la prise de Mahon, la première chose ou plutôt la seule que lui dit le roi fut celle-ci : « Maréchal, savez— vous la mort de ce pauvre Lansmatt ? » Lansmatt était un vieux garçon de la chambre.

— Quelqu’un, ayant lu une lettre très-sotte de M. Blanchard sur le ballon, dans le Journal de Paris : « Avec cet esprit-là, dit-il ce M. Blanchard doit bien s’ennuyer en l’air. »

— Un bon trait de prêtre de cour, c’est la ruse dont s’avisa l’évêque d’Autun, Montazet, depuis archevêque de Lyon. Sachant bien qu’il y avait de bonnes frasques à lui reprocher, et qu’il était facile de le perdre auprès de l’évêque de Mirepoix,