Page:Champlain - Oeuvres de Champlain publiées sous le patronage de l'Université Laval, Tome 1, 1870.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et Champlain demeura avec vingt-sept ou vingt-huit personnes pour continuer les travaux commencés.

« Le site que choisit Champlain, dit M. l’abbé Ferland, convenait admirablement à son dessein de créer et d’organiser une France Nouvelle dans l’Amérique. Placé à cent trente lieues de l’embouchure du Saint-Laurent, Québec possède un havre magnifique, qui peut contenir les flottes les plus nombreuses, et où les plus gros vaisseaux peuvent arriver facilement de la mer. À ses pieds coule le grand fleuve, qui fournit une large voie pour pénétrer jusqu’au centre de l’Amérique Septentrionale. Sur ce point, le Saint-Laurent se rétrécit considérablement, n’ayant au plus qu’un mille de largeur ; de sorte que les canons de la ville et de la citadelle peuvent foudroyer les vaisseaux qui tenteraient de franchir le passage. Québec est donc la clef de la vallée du grand fleuve, dont le cours est de près de huit cents lieues ; il est la sentinelle avancée de l’immense empire français que rêva Louis XIV, et qui devait se prolonger depuis le détroit de Belle-Isle jusques au golfe du Mexique. »

Québec avait encore une autre épreuve à subir. Le scorbut et la dissenterie lui enlevèrent, pendant l’hiver, les trois quarts de ses premiers fondateurs. Quand les vaisseaux revinrent au printemps, vingt personnes avaient succombé à cette cruelle maladie.

Le 7 juin 1609, Champlain, laissant pour commander à sa place le sieur Desmarais, alla rejoindre Pont-Gravé à Tadoussac.

Ce n’était pas tout d’avoir fondé, à plus de cent