Page:Champlain - Oeuvres de Champlain publiées sous le patronage de l'Université Laval, Tome 1, 1870.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ouvriers pour la réparer et l’augmenter. » De sorte, qu’il fallut, pour le moment, se contenter de passeports, que le prince donna pour quatre vaisseaux prêts à faire voile, lesquels s’engageaient à fournir chacun quatre hommes pour la continuation des découvertes.

Le voyage de 1613 fut pour l’auteur une déception, quoiqu’il n’ait pas été un des moins utiles. Champlain eut un moment l’espoir de trouver enfin le fameux passage du Nord-Ouest tant cherché par tous les navigateurs.

Un de ceux qui étaient retournés du Canada en 1612, nommé Nicolas de Vignau, lui assura que le lac où l’Outaouais prenait sa source, se déchargeait dans la mer du Nord, sur le rivage de laquelle il disait avoir vu de ses propres yeux les débris d’un vaisseau et les chevelures de quatre-vingts anglais qui formaient l’équipage. Ce récit paraissait d’autant plus vraisemblable, que les Anglais avaient tout récemment poussé leurs courses aventureuses jusque dans les profondeurs de la baie d’Hudson. Le chancelier de Sillery, le maréchal de Brissac, le président Jeannin et autres personnes graves, furent d’avis que Champlain ne devait pas négliger de voir la chose en personne.

Il partit donc de l’île Sainte-Hélène le 27 de mai 1613 avec quatre français et un sauvage, et remonta l’Outaouais jusqu’à la résidence de Tessouat, chef des Algonquins de l’Isle, c’est-à-dire jusqu’à l’île des Allumettes. Tessouat, qui avait déjà fait la connaissance de l’auteur les années précédentes, reçut cette visite inattendue et inespérée