Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

croyois pas les autres districts capables d’en faire autant.

La motion de M. Guillotin a fait une telle révolution dans les esprits, elle y a porté l’enthousiasme à tel point, que les muses endormies depuis long-temps se sont réveillées pour chanter cette motion immortelle. L’apôtre Pelletier, qui est le treizieme de sa bande, a d’abord fait entendre sa voix : mais l’ami Dumoulin s’est fait écouter, il a rendu fidélement les termes de la motion par ces vers :

Messieurs, dans votre sagesse
Si vous avez décrété,
Pour toute humaine foiblesse,
La loi de l’égalité ;
Pour peu qu’on daigne m’entendre,
On sera convaincu
Que s’il est cruel de pendre,
Il est dur d’être pendu.
.......
.......
En rêvant à la sourdine,
Pour vous tirer d’embarras,
Je vais faire une machine
Qui met les têtes à bas.
.......
.......
C’est un coup que l’on reçoit
Avant qu’on s’en doute ;
À peine on s’en apperçoit.
.......
.......
Un certain ressort caché,
Tout-à-coup étant lâché,