Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/145

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
79
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

les différens sols d’absorber l’humidité de l’air, et de déterminer les différens degrés de force que chacun d’eux possède à cet égard. Les moyens qu’on peut employer sont à la portée de tous les cultivateurs ; il ne s’agit que de sécher le même poids de chaque espèce de terre également divisée, et de peser, soir et matin, pendant quelques jours, pour apprécier ce qui a été absorbé pendant la nuit. Il est nécessaire, pour obtenir des résultats sûrs, de donner à chaque essai le même poids, la même division, le même degré de dessiccation et une épaisseur égale à chaque couche.

D’après tout ce que je viens d’exposer, on voit que l’air et l’eau forment deux puissans agens de la végétation ; ils agissent par eux-mêmes en fournissant des principes nutritifs par leur décomposition ; ils agissent comme secondaires ou auxiliaires, en servant de véhicule ou de dissolvant à d’autres substances qu’ils charrient dans la plante.

Mais si ces agens fournissent des alimens à la plante, la chaleur seule en détermine l’élaboration en animant les organes du végétal.