Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
160
CHIMIE

tenaient de la magnésie, les eaux qui en recouvraient la surface étaient toujours blanchâtres, et que la moindre agitation par le vent leur ôtait toute transparence. C’est ce qu’on appelle des eaux blanches, lorsqu’elles forment des étangs ou des mares.

Les terres magnésiennes sont peu fertiles. Lorsqu’on emploie pour l’usage de l’agriculture de la chaux qui contient de la magnésie, alors ses effets ne sont plus les mêmes. Pour se rendre raison de cette différence d’action, il faut considérer que la magnésie a moins d’affinité avec l’acide carbonique que n’en a la chaux, que conséquemment lorsque ces deux terres sont mêlées ensemble, la magnésie conserve sa causticité jusqu’à ce que la chaux soit saturée d’acide carbonique et ramenée à l’état de pierre à chaux : d’où il suit que la magnésie peut conserver long-temps sa vertu caustique et exercer son action délétère sur les végétaux.

L’emploi du plâtre comme engrais des prairies artificielles est une des plus précieuses conquêtes qu’ait faites l’agriculture. L’usage en devient général en Europe. Il a