Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
207
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

succulentes épuisent moins, parce qu’elles transpirent peu[1].

Lorsqu’on coupe les plantes à l’époque de la floraison, le sol sur lequel elles croissent n’est pas épuisé, parce que les racines succulentes lui conservent beaucoup d’engrais ; mais lorsqu’elles ont formé leurs fruits, la racine sèche ne restitue presque plus rien à la terre.

Pendant la fructification, la plante ne se borne pas à puiser dans le sol les principes nutritifs qui y sont contenus ; elle emploie encore à la formation de la graine les sucs nourriciers qui ont été déposés dans les tiges et les racines ; c’est ce qui fait qu’elles se dessèchent, qu’elles maigrissent et qu’elles ne présentent plus qu’un tissu ligneux. C’est faute de connaître ce principe qu’on fauche presque toujours trop tard les prairies soit naturelles, soit artificielles ; l’époque la plus favorable pour cette opération est celle de la floraison : si on attend que la graine soit formée, on s’expose à deux grands inconvéniens : le premier, c’est d’obtenir un fourrage qui est

  1. Bibliothèque britannique, volume 5, page 499.