Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/319

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
253
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

par la tête ou l’amont d’une propriété, elles en parcourent toute l’étendue avec rapidité, elles en sillonnent la surface, elles emportent au dehors le limon le plus ténu dont elles sont chargées, et souvent elles déchaussent les récoltes et entraînent les engrais qu’elles avaient auparavant déposés ; ainsi elles appauvrissent le sol au lieu de l’enrichir : mais lorsque les eaux pénètrent d’abord par la partie inférieure ou l’aval et qu’elles submergent lentement et successivement toutes les parties du terrain jusqu’à la tête, alors l’eau qui inonde dépose le limon le plus divisé, le plus fertile, le plus chargé des substances végétales et animales qu’elle a enlevées aux sols qu’elle a submergés dans son trajet, et elle n’occasionne aucun dégât ni au terrain ni aux récoltes : alors tout est bien de la part de l’inondation. Pour imprimer cette direction aux eaux, il suffit d’élever de quelques pieds la tête ou l’amont du sol ; ce qui se fait en formant des digues en terre, qu’on recouvre d’osier.

C’est par de tels procédés que j’ai amélioré les îles que je possède sur la Loire, et que