Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/324

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
258
CHIMIE

Sa stérilité l’avait fait nommer la bruyère des juifs.

L’écobuage est au contraire nuisible dans les fonds calcaires et légers, dans les sols dont la composition terreuse est parfaite, dans les terrains fertiles et riches en matières animales et végétales décomposées.

L’écobuage est inutile dans les sols purement siliceux. Ici, le terrain ne peut recevoir aucune modification de la part du feu.

Il est des pays où l’on est dans l’usage de brûler les chaumes sur place : cette méthode, qui n’est qu’un faible écobuage opéré sur la surface du sol, peut produire de bons effets, d’abord en purgeant le sol de graines et de plantes nuisibles, et, en second lieu, en formant une légère couche de charbon, qui, par sa division extrême, peut servir aisément d’aliment aux végétaux. Je crois même que la chaleur produite par la combustion du chaume et autres herbes qui recouvrent le sol, peut apporter d’heureux changemens dans la manière d’être des principes terreux.

Les résultats que j’ai obtenus dans la plaine des Sablons, près Paris, d’un mélange