Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/348

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
282
CHIMIE

Les plantes semées et cultivées en rayons, belles que les racines et la plupart des légumineuses, laissent entre elles de grands intervalles, qui se remplissent d’herbes étrangères ; mais on nettoie le sol par des sarclages répétés, et, par ce moyen, on le conserve assez riche en engrais pour recevoir une autre récolte, sur-tout lorsque la plante ne grène pas.

Les graines des mauvaises herbes sont souvent mêlées avec les semences qu’on confie à la terre, et on ne saurait employer trop de soins pour en purger celles-ci ; plus souvent elles sont apportées par les vents, déposées par les eaux, ou semées avec la fiente des animaux et les engrais.

On ne saurait trop blâmer l’imprévoyance de ces agriculteurs qui laissent debout dans les champs les chardons et autres plantes nuisibles ; chaque année ces plantes reproduisent sur le sol de nouvelles semences qui l’épuisent, et s’y multiplient à tel point, qu’il devient presque impossible, par la suite, d’en purger le terrain. On porte la négligence à cet égard jusqu’à moissonner les céréales tout