Page:Chaptal - Mes souvenirs sur Napoléon.djvu/106

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

mon aïeul ne fait que déplacer la question et n’y répond pas. Pourquoi Napoléon tenait-il tant à faire un diplomate d’un homme que ses aptitudes désignaient pour de tout autres fonctions ?

Le public connaît déjà, par la Biographie Michaud, les relations qui ont existé entre Chaptal et Mlle Bourgoin, de la Comédie-Française. Ce n’est plus un secret de famille, et je n’ai pas de scrupule à y faire allusion. On sait que Napoléon, s’il s’agissait de satisfaire à une fantaisie, n’hésitait jamais à froisser même les personnes auxquelles il tenait le plus. Mlle Bourgoin aurait donc été recherchée (si le mot peut s’appliquer ici) par l’Empereur, et mon aïeul s’en serait offensé[1].

Il est naturel qu’il n’ait pas donné cette explication dans les Souvenirs destinés à sa famille. Quoi qu’il en soit, il serait difficile de voir, dans l’incident dont il s’agit, autre chose que la cause secondaire de la démission. Il n’a tout juste fait que déterminer une rupture devenue inévitable depuis un certain temps. À cette époque, comme Chaptal l’indique lui-même dans ses Souvenirs sur Napoléon, l’Empereur avait besoin, non plus de conseil-

  1. Le fait est celui-ci. Les journaux du temps en ont parlé, et il est confirmé par une tradition de famille : Napoléon travaillait un soir avec son ministre, lorsqu’on vint lui annoncer l’arrivée de Mlle Bourgoin. L’Empereur la fit prier de l’attendre. C’était un coup de théâtre qu’il avait préparé. Chaptal mit ses papiers dans son portefeuille et s’en alla brusquement. La nuit même, il rédigeait sa lettre de démission.