Page:Chaptal - Rapport et projet de loi sur l’Instruction Publique.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(41)

prétexte de la régulariser. Sans doute il faut composer des livres élémentaires ; mais il faut se garder de faire une loi de leur enseignement exclusif. L’élève et le professeur ne tarderaient pas à tourner autour de quelques idées triviales, sans se douter que les bornes de la science sont indéfinies et que sa carrière est sans limites.

Ici se présente une question du plus grand intérêt. Le Gouvernement peut-il déterminer la nature de l’instruction ? peut-il astreindre un instituteur à n’enseigner que ce qu’il juge convenable ?

Pour résoudre une question de cette importance, nous devons distinguer l’enseignement public ou salarié d’avec l’enseignement donné par des particuliers.

Le Gouvernement peut sur le premier ce qu’il ne peut pas sur le second. En effet, dans le premier cas, les instituteurs sont fonctionnaires publics ; leur création est faite en vertu de la loi ; la science qu’ils enseignent est désignée par elle ; les réglemens concernant l’école publique sont arrêtés par le Gouvernement : c’est ici une véritable institution nationale ouverte à tout le monde, mais qui n’est forcée pour personne. La loi peut donc prescrire le seul genre d’ins-