Page:Chaptal - Rapport et projet de loi sur l’Instruction Publique.djvu/99

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(97)

les concours et les prix de telle manière, que l’émulation constamment excitée par l’espérance, produisait les plus heureux efforts. Ces prix, ces concours doivent être continués : le voyage à Rome doit toujours être la principale des récompenses ; car, quoique nous possédions, en ce moment, plusieurs des chefs-d’œuvre qui y attiraient les jeunes artistes, il y reste encore assez de monumens précieux pour qu’on puisse regarder cette ville comme le séjour fortuné des arts.

Sous l’ancien régime, les encouragemens donnés par le Gouvernement ne se bornaient pas aux élèves ; les professeurs eux-mêmes en recevaient des secours dignes d’eux et de lui : tous les deux ans, il faisait exécuter, par les plus habiles artistes, huit grands tableaux d’histoire et deux statues. En renouvelant ce mode précieux d’encouragement, le Gouvernement actuel n’aura à fixer son choix ni sur des sujets puisés dans l’histoire des peuples anciens, ni sur des hommes qui appartiennent à d’autres temps : la nation est riche de ses propres faits ; c’est dans le court espace des dix années qui viennent de s’écouler, que l’artiste trouvera les héros et les actions de toute l’antiquité.