Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/175

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

mon droit à sa reconnaissance, lui fît oublier qu’elle ne m’aimait pas. Rien n’était plus propre à tuer cette bonté et à en effacer jusqu’à la trace.