Page:Charles-Joseph Mayer, Vie de Marie-Antoinette d'Autriche, reine de France, femme de Louis XVI, 1793.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


instant. Que n’a-t-il persisté dans un dédain qui eût opéré le bonheur de la France ? Mais Antoinette connoissoit tous les moyens de captiver le plus insensible, et son mari le premier ne résista point à ses amorces.

Cependant Madame (la ci-devant comtesse de Provence) n’ayant de passions que celles du vin, des hommes, des femmes, des meubles, de l’argent, etc. etc. etc. Madame étoit inconsolable de voir passer le sceptre dans les mains d’Antoinette.

Elle avoit conçu le vif ressentiment contre celle qui étoit destinée pour occuper la première

place.