Page:Charles-Joseph Mayer, Vie de Marie-Antoinette d'Autriche, reine de France, femme de Louis XVI, 1793.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pour les femmes, il faut vous satisfaire, mais y mettre de la constance, de la modération et de la retenue. La première de ces vertus conserve la réputation, et les autres la santé, puisque rien ne mollit et n’use d’aussi bonne heure que ce métier. Votre mari ne peut ni ne pourra jamais vous faire d’enfans ; ce mal est grand, sans doute ; une Reine stérile est sans considération comme sans appui ; mais ce mal n’est pas sans remède. Il faut faire comme moi prendre un faiseur. Choisissez-le comme j’avois choisi le

B 3