Page:Charles Perrault - Les Contes des fees, edition Giraud, 1865.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


nomma le Jour, parce qu’il paroissoit encore plus beau que sa sœur.

La reine dit plusieurs fois à son fils, pour le faire expliquer, qu’il falloit se contenter dans la vie ; mais il n’osa jamais se fier à elle de son secret : il la craignoit, quoy qu’il l’aimast, car elle estoit de race ogresse, et le roi ne l’avoit épousée qu’à cause de ses grands biens. On disoit même tout bas à la cour qu’elle avoit les inclinations des ogres, et qu’en voyant passer de petits enfans elle avoit toutes les peines du monde à se retenir de se jeter sur eux : ainsi le prince ne lui voulut jamais rien dire.

Mais, quand le roy fut mort, ce qui arriva au bout de deux ans, et qu’il se vit le maistre, il declara publiquement son mariage, et alla en grande ceremonie querir la reine sa femme dans son chasteau. On luy fit une entrée magnifique dans la ville capitale, où elle entra au milieu de ses deux enfans.

Quelque temps aprés, le roi alla faire la guerre à l’empereur Cantalabutte, son voisin. Il laissa la regence du royaume à la reine sa mere, et luy recommanda fort sa femme et ses