Page:Charles Perrault - Les Contes des fees, edition Giraud, 1865.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L’Ogre avoit sept filles, qui n’étoient encore que des enfans. Ces petites ogresses avoient toutes le teint fort beau, parce qu’elles mangeoient de la chair fraîche, comme leur pere ; mais elles avoient de petits yeux gris et tout ronds, le nez crochu et une fort grande bouche, avec de longues dents fort aiguës et fort éloignées l’une de l’autre. Elles n’estoient pas encore fort méchantes ; mais elles promettoient beaucoup, car elles mordoient déjà les petits enfans pour en succer le sang.

On les avoit fait coucher de bonne heure, et elles estoient toutes sept dans un grand lit, ayant chacune une couronne d’or sur la teste. Il y avoit dans la même chambre un autre lit de la même grandeur : ce fut dans ce lit que la femme de l’Ogre mit coucher les sept petits garçons ; aprés quoi elle s’alla coucher auprés de son mary.

Le Petit Poucet, qui avoit remarqué que les filles de l’Ogre avoient des couronnes d’or sur la teste, et qui craignoit qu’il ne prit à l’Ogre quelques remords de ne les avoir pas égorgez dés le soir même, se leva vers le milieu de la nuit, et, prenant les bonnets de ses freres et le sien,