Page:Charles Perrault - Les Contes des fees, edition Giraud, 1865.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


En disant ces mots, il coupa sans balancer, la gorge à ses sept filles. Fort content de cette expedition, il alla se recoucher auprés de sa femme. Aussitost que le petit Poucet entendit ronfler l’Ogre, il reveilla ses freres, et leur dit de s’habiller promptement et de le suivre. Ils descendirent doucement dans le jardin et sauterent par-dessus les murailles. Ils coururent presque toute la nuit, toûjours en tremblant, et sans sçavoir où ils alloient.

L’Ogre, s’estant éveillé, dit à sa femme :

« Va t’en là-haut habiller ces petits droles d’hier au soir. »

L’Ogresse fut fort estonnée de la bonté de son mary, ne se doutant point de la maniere qu’il entendoit qu’elle les habillast, et croyant qu’il lui ordonnoit de les aller vestir. Elle monta en haut, où elle fut bien surprise lorsqu’elle aperçut ses sept filles égorgées et nageant dans leur sang.

Elle commença par s’évanoüir, car c’est le premier expedient que trouvent presque toutes les femmes en pareilles rencontres. L’Ogre, craignant que sa femme ne fût trop longtemps à faire la besongne dont il l’avoit chargée, monta en haut pour luy aider. Il ne fut pas