Page:Charles Virmaître - Les Flagellants et les flagellés de Paris.djvu/169

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CHAPITRE V


Une histoire de coffret. — Un préfet marcheur. — Cucu-pralines. — Le coup de pistolet. — Le prince Demidoff. — Un pont d’or. — La place publique. — La saucisse du réserviste.



La belle C… L…, mince, si mince, que, comme Sarah Bernhardt, elle aurait pu faire son lit dans un canon de fusil, elle était plus mince que la maigreur même, un vrai sac d’os.

Elle était blonde, flavescente, de jolis yeux bleus, profonds à faire rêver, elle paraissait poitrinaire jusqu’aux moelles, mais ce n’était qu’en apparence ; jamais les jours de pluie elle ne se retroussait, depuis que sur le boulevard un type lui avait crié : « Madame fait sécher ses bas sur des pincettes ! »

Elle semblait toujours pâmée, en vous regardant, comme si votre vue allait la faire tomber en syncope.

C… H…, son ami intime, l’avait, un jour de belle humeur, surnommée la Crevette sentimen-