Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



substitué à perpétuité dans cette maison, et le testateur a mis une clause prohibitive de le remuer de l’endroit ou il est scellé, à peine de dix mille écus d’aumône. J’ai vu dans cette galerie (1] le plus grand lustre de cristal de roche, qui soit à ma connaissance ; il a bien dix pieds de haut. Près de là est la bibliothèque, dont le vaisseau est extrêmement orné ; elle n’est pas fort grande, mais plus de la moitié est composée de fort bons manuscrits, entre autres les deux Pline d’une grande antiquité. Le bibliothécaire, nommé Lami, est un des savants hommes d’Italie.


La maison Niccolini a quantité de statues, bas-reliefs et bustes antiques rares, et un fameux médailler.


Gherini a de beaux et agréables appartements, ornés à la françoise avec des cheminées de glaces ; ce qui est trèsrare en Italie. On y trouve des porcelaines de vieux Japon, dont la grandeur est le principal mérite ; une collection de tableaux nombreuse et bien choisie, et un cabinet tout revêtu de glaces et de tableaux posés sur les glaces.


Gualtieri a un recueil immense de coquilles, dont il fait imprimer et graver la suite.


La collection de Bâillon, François, n’est pas moindre ; mais elle excelle encore plus dans la suite des plantes marines, des marcassites et de toutes les pierres imaginables, depuis le sable qu’on foule aux pieds jusqu’aux diamants couleur de rose. Tout cela est rangé dans un ordre très-propre à prendre la nature sur le fait dans la formation de ses ouvrages, et le livre chimique et physique auquel il travaille là-dessus, me parut instructif et bien digéré. J’ai retenu de bonnes leçons de sa façon.


Le baron de Stock, Allemand, a un recueil incroyable, surtout en ce qui concerne la géographie, l’architecture et les édifices anciens et modernes, entre autres quantité de plans levés de la main de Raphaël, de bâtiments antiques et de dessins d’arabesques, copiés de sa main, et déterrés dans ces monuments où ils étoient presque effacés ; ce qui sert à prouver que c’est dans l’antique que Raphaël a trouvé tous les beaux dessins de ce genre qu’il

(I) Cette galerie n’offre plus lien de curieux que les fresques trèsbien conservées de Luca Giordano. La chapelle du palais Ricardi, négligée par De Brosses, est entièrement décorée de fresques de Benozzo (iozzoU,entr’autresl’irfora ?io »c/esMayêS,les plus remarquables de Florence.


T. 1. 9