Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LETTRE I

À M. DE BUNCEY


Route de Dijon à Avignon


Avignon, le 7 juin 1739.


Me voici arrivé à ma première station en pays étranger, mon gros Blancey ; et, selon la règle de nos conventions, il est temps que je fasse avec vous le Tavernier. Vous savez que c’est à charge de revanche, et ce que vous m’avez promis pour m’en récompenser, c’est de faire avec moi le Cœur-de-Roy. À ce prix vous ne me devrez rien, car un Cœur-de-Roy[1] en fait de bons contes, vaut bien un Tavernier en fait de voyages. Au reste, il est bon de vous avertir, par forme de préface, que ma bavardise seroit sans égale, si vous n’étiez pas au monde. Routes, situations, villes, églises, tableaux, petites aventures, détails inutiles, gîtes, repas, faits nullement intéressants, vous aurez tout. C’est en vain que vous vous plaindrez. Vos reproches ne seront pas capables de réformer mon caquet,

  1. M. de Cœur-de-Roy était cité alors, en Bourgogne, pour la vivacité de son esprit.