Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de la belle Laure ; pour moi, qui ne me pique pas d’être le chevalier des donzelles de Carpentras, je tirai droit à Aix, en petite carriole, traînée par deux mules. Il règne une inimitié irréconciliable entre cette sorte de voiture et l’os sacrum :


Et je ne pense pas que de Paris à Rome,
Carrosse, quel qu’il soit, cahote mieux son homme.


Mais la vue du pays, le plus admirable qu’on puisse imaginer, m’empêchoit de faire attention aux regrets que mon croupion témoignoit d’être la victime de ma curiosité. La Durance traverse ce bel endroit. Nous la passâmes sur un bac ; elle est très-large et vingt fois plus rapide que le Rhône. Son eau blanchâtre n’embellit pas une contrée qui d’ailleurs n’offre qu’un spectacle charmant. Je me figurois qu’il ne finiroit qu’avec la Provence ; mais au bout de quatre lieues je fus bien détrompé. Une montagne tout à fait aride commence là, et l’on ne trouve presque autre chose jusqu’à Aix. À la vérité, les vallons sont forts cultivés et forment, tout du long, des jardins remplis d’oliviers et d’autres arbres.

Ce fut là, que moi, indigne, j’éprouvai un des mystères de la Passion ; car en passant par ce jardin des olives, je suai sang et eau. (Ce m’étoit beaucoup d’honneur sans doute, et trop pour que je pusse le soutenir.) Je n’ai pas eu si chaud de la route qu’entre ces rochers. Pour m’alléger un peu, je m’avisai d’un expédient moitié épicurien, moitié cynique ; ce fut de mettre mon postérieur à la portière, in puris et naturalibus, pour lui rafraîchir un peu l’haleine : ce soulagement me fit arriver plus patiemment à Orgon, petite ville qui appartient au prince de Lambesc et où nous dînâmes. Nous fûmes coucher à Lambesc ; et, le lendemain, étant partis à quatre heures du matin, nous nous trouvâmes à huit à Aix, après avoir fait quatre lieues. Les deux Lacurne y arrivèrent après nous, peu satisfaits de Vaucluse, mais beaucoup de l’évêque de Cavaillon, qui leur avoit donné force lettres pour l’Italie. Madame de Ganay y étoit dès la veille. Je lui trouve, depuis qu’elle a pris les eaux, le teint meilleur et la parole moins embarrassée.

Aix et Dijon sont deux villes que l’on met ordinaire-