Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


progressant de violence en violence, la musique instrumentale, par une manière nouvelle et variée de disposer, d’étendre ou de raccourcir les différents « éléments », avait acquis la faculté de faire de la danse et du chant harmoniques une langue particulière. Prise dans un sens artistique élevé, cette langue était incapable d’exprimer volontairement des sentiments purement humains aussi longtemps que la volonté d’exprimer d’une façon claire et intelligible ces sentiments humains et individuels n’avait pas rendu nécessaire la conformation de cette langue mélodique [1]. Mais exprimer dans cette langue, faite seulement pour rendre les sentiments dans leur généralité, un sujet individuel, déterminé et facilement intelligible, tel est le résultat auquel pouvait seul atteindre un compositeur instrumental, mettant à l’accomplissement de sa tâche toute sa volonté, toute son activité artistique. L’histoire de la musique instrumentale, depuis le temps où cette volonté se manifesta en elle, c’est

  1. Je traduis mot à mot ce passage qui manque de clarté comme la musique de M. Wagner. Rien n’en donne mieux l’idée, ce nous semble, que les confusions, les divagations et les prétentions du critique.
    (Note du traducteur.)