Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/319

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


accueillie par des applaudissements enthousiastes ; cela vient surtout de ce que, depuis plusieurs dizaines d’années, celte musique est de plus en plus étudiée, en dehors des exécutions orchestrales, et notamment au piano, et que, par divers chemins détournés, elle arrive à faire prévaloir son irrésistible puissance, ainsi que la manière, également irrésistible dont cette puissance se manifeste. Si cette planche de salut ne lui avait été jetée par le destin, et s’il ne tenait qu’à ces messieurs nos maîtres de chapelle, c’en serait fait de notre plus noble musique.

......................
......................


Pour en finir avec l’exécution de l’ouverture du Freischütz par l’orchestre viennois [1], les musiciens furent grandement surpris lorsque, après

  1. Il y a là de nombreux détails techniques que je suis forcé d’omettre ici, car il faudrait, à l’exemple du texte de M. Wagner, les appuyer par des citations de la partition.
    (Note du traducteur.)