Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


satisfaction, car notre sentiment demande à se prononcer définitivement dans l’un ou l’autre sens. Or, comme c’est une lutte de principes ou de situation qui donne au drame la vie et sa signification la plus haute il n’est aucunement contraire aux moyens d’action les plus purs de la musique de donner à cette lutte des motifs harmoniques une conclusion également semblable à la tendance dramatique. C’est assurément de cette opinion que partent Cherubini, Beethoven et Weber pour la conception de la plupart de leurs ouvertures.

Dans l’ouverture du Porteur d’eau, cette révolution est indiquée d’une manière très évidente. Les ouvertures de Fidelio, d’Egmont, de Coriolan, comme celle du Freischütz, expriment d’une manière claire et certaine le dénouement d’un violent combat. Le point de rapprochement avec le sujet dramatique doit donc se trouver dans le caractère des deux thèmes principaux. D’un autre côyé, la composition d’une ouverture ne doit jamais suivre exactement la marche des événements du drame, car ce procédé ferait immédiatement disparaître le caractère unique, essentiel que doit revêtir un morceau d’harmonie.

Le but le plus élevé à atteindre dans la conception de l’ouverture serait de reproduire par les moyens,