Page:Charrière - Trois femmes, 1798.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


re ; elle se soumet non seulement nos actions, mais nos intentions, nos dispositions et jusqu’à nos plus secrettes et fugitives pensées. L’on rougit, étant seul, d’une velléité que personne ne soupçonnera jamais ; et je sens que je pourrois mourir de remords d’un crime que j’aurois tenté, mais que j’aurois été empêché de commettre.

C’est le courroux du ciel ! dit le théologien.

C’est l’autorité simple, éternelle, indestructible du devoir ! dit le Kantiste.

Mais, dit l’homme de la société, un sauvage n’éprouvera rien de semblable.