Page:Charrière - Trois femmes, 1798.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


un peu plus droite, Mademoiselle, ou je risque de vous coëffer tout de travers. — Josephine, pour ne pas t’ennuyer d’un long sermon, je te dirai seulement… — Vraiment, Mademoiselle, vous faites bien de m’épargner un long sermon. C’est assez d’un dans une matinée, et l’ennui que je sors d’avoir, me doit mériter le Ciel. N’entendre presque pas un mot, se tenir comme une souche et n’oser pas dormir, parce qu’on est regardé de tout le monde… — Josephine, veux-tu me promettre de ne plus recevoir Henri ? — Ah ! Mademoiselle, je vous promets bien que vous ne serez plus réveillée par cet indiscret. — Ce n’est pas de cela qu’il s’agit, Josephine. Peu importe mon sommeil, mais… — Je vous entends, Mademoi-