Page:Charrière - Trois femmes, 1798.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


les jours plus fâcheux, plus honteux, moins pardonnable, et je crains… Point du tout, interrompit Josephine ; ma liaison avec Henri, qui n’est ni un prêtre, ni un homme marié, est déjà beaucoup plus innocente que les autres, et si je continue à me conduire de mieux en mieux je pourrois bien finir par être une Sainte ; c’est ce que j’ai toujours ambitionné, car j’ai un grand respect pour les Saints et les Saintes, et je ne puis souffrir une Religion où l’on ne les honore pas : c’est pour cela que j’ai éconduit un assez riche marchand Luthérien de la Gueldre Prussienne, qui vouloit m’épouser. — Mais, Josephine, comment accordes-tu ta dévotion avec un péché auquel tu refuses de renoncer ? — Oh ! Mademoiselle, cela peut fort bien aller