Page:Chartier - La Belle Dame sans merci, 1901, éd. Charpennes.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


drait de concilier les différentes déclarations que fait Chartier au cours de l’ouvrage. Il le date lui-même :

Au dixième an de son dolent exil.

De quel exil s’agit-il ? [1] En outre, dans un vers du prologue, le poète se plaint de ce que cet exil le force de

En jeune âge, vieillir malgré nature.

Or, plus loin, un personnage allégorique lui dit : « ton âge tourne jà vers déclin. » Enfin on trouve encore ces mots : « et les maleurtez de ta nation ne font que commencer » qui semblent indiquer une date antérieure à l’époque où Jeanne d’Arc rétablit les affaires de la France, pour le moins antérieure à 1431.

Je n’hésite pas à placer la date de composition vers 1438, et à épouser la thèse de M. D. Delaunay qui voit dans la cause de cet exil une disgrâce venue de Charles VII, à l’instigation

  1. Dans son Histoire de la langue et de la littérature française , M. Petit de Julleville pense qu’il s’agit d’un exil de Paris dont la faction bourguignonne aurait chassé le poète en 1418, et place la date de composition en 1429.