Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

retourner aux sources de la souverainelé nationale. Lui, qui avait foulé le peuple en maître, fut réduit à se refaire tribun du peuple, à courtiser la faveur des faubourgs, à parodier l’enfance révolutionnaire, à bégayer un vieux langage de liberté qui faisait grimacer ses lèvres, et dont chaque syllabe mettait en colère son épée.

Sa destinée, comme puissance, était en effet si bien accomplie, qu’on ne reconnut plus le génie de Napoléon pendant les Cent-Jours. Ce génie était celui du succès et de l’ordre, non celui de la défaite et de la liberté : or, il ne pouvait rien par la victoire qui l’avait trahi, rien pour l’ordre, puisqu’il existait sans lui. Dans son étonnement il disait : « Comme les Bourbons m’ont arrangé la France en quelques mois ! il me faudra des années pour la refaire. » Ce n’était pas l’œuvre de la légitimité que le conquérant voyait, c’était l’œuvre de la Charte ; il avait laissé la France muette et prosternée, il la trouvait debout et parlante : dans la naïveté de son esprit absolu, il prenait la liberté pour le désordre.

Et pourtant Bonaparte est obligé de capituler avec les idées qu’il ne peut vaincre de prime abord. À défaut de popularité réelle, des ouvriers, payés à quarante sous par tête, viennent, à la fin de leur journée, brailler au Carrousel Vive l’Empereur ! cela s’appelait aller à la criée. Des proclamations annoncent d’abord une merveille d’oubli et de pardon ; les individus sont déclarés libres, la nation libre, la presse libre ; on ne veut que la paix, l’indépendance et le bonheur du peuple ; tout le système impérial est changé ; l’âge d’or va renaître. Afin de rendre la pratique conforme à la