Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/204

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Plantes, à quelque distance de Berlin. Je le visitai dans cette solitude, où les plantes gelaient en serre. Il était grand, d’une figure assez agréable. Je me sentais un attrait pour cet exilé, voyageur comme moi : il avait vu ces mers du pôle où je m’étais flatté de pénétrer. Émigré comme moi, il avait été élevé à Berlin en qualité de page. Adelbert, parcourant la Suisse, s’arrêta un moment à Coppet. Il se trouva dans une partie sur le lac, où il pensa périr. Il écrivait ce jour-là même : « Je vois bien qu’il faut chercher mon salut sur les grandes mers. »

M. de Chamisso avait été nommé par M. de Fontanes, professeur à Napoléonville[1] ; puis professeur de grec à Strasbourg ; il repoussa l’offre par ces nobles paroles : « La première condition pour travailler à l’instruction de la jeunesse est l’indépendance : bien que j’admire le génie de Bonaparte, il ne peut me convenir. » Il refusa de même les avantages que lui offrait la Restauration : « Je n’ai rien fait

    mais retourna en Allemagne en 1811. Ou lui doit deux volumes de poésies et une traduction en vers des chansons de Béranger. Comme romancier, il a acquis une célébrité européenne par l’Histoire merveilleuse de Pierre Schlemihl (1814). C’est l’histoire humoristique d’un homme qui a perdu son ombre. On a traduit dans presque toutes les langues cet « inimitable caprice », comme l’appelle M. N. Martin, qui l’a traduit en français (1838). « C’est à un Français, à Chamisso, dit le traducteur, que cette fantastique Allemagne, qui prétend avoir seule bien compris et cultivé le romantisme, doit le chef-d’œuvre de sa poésie romantique. » Chamisso est également l’auteur de nombreux travaux scientifiques, parmi lesquels il faut citer son Tableau des plantes les plus utiles et les plus nuisibles du Nord de l’Allemagne ; — ses Observations recueillies pendant le voyage de découvertes de Kotzebue, et son Voyage autour du monde.

  1. Napoléon-Vendée.