Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/326

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ci, ton serviteur, l’esprit de ta sapience ! Qu’en ces jours naisse à tous équité et justice : aux amis secours, aux ennemis obstacle, aux affligés consolation, aux élevés correction, aux riches enseignement, aux indigents pitié, aux pèlerins hospitalité, aux pauvres sujets paix et sûreté en la patrie ! Qu’il apprenne (le roi) à se commander soi-même, à modérément gouverner un chacun selon son état, afin, ô Seigneur ! qu’il puisse donner à tout le peuple exemple de vie à toi agréable. »

Avant d’avoir rapporté dans ma brochure, Le roi est mort : vive le roi ! cette prière conservée par Du Tillet, je m’étais écrié : « Supplions humblement Charles X d’imiter ses aïeux : trente-deux souverains de la troisième race ont reçu l’onction royale. »

Tous mes devoirs étant remplis, je quittai Reims et je pus dire comme Jeanne d’Arc : « Ma mission est finie. »