Page:Chaucer - Les Contes de Canterbury.djvu/356

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— O Thomas! Je vous dis[1], Thomas ! Thomas !
C’est là l’œuvre du démon, c’est chose qu’il faut amender.
La colère est un vice que le Dieu du ciel défend,
et à ce sujet je veux dire un mot ou deux :
— « Voyons, maître » (dit la femme), avant que je ne parte,
que voulez-vous pour dîner ? je vais m’en occuper. »
— « Mon Dieu ! notre dame, (répondit-il), je vous dis, sans doute[2],
quand je n’aurais que le foie d’un chapon,
1840et qu’une petite tranche de votre pain tendre,
et après cela la tête d’un petit cochon rôti
(mais je ne voudrais à aucun prix qu’on tuât une bête pour moi),
alors j’aurais chez vous l’humble nourriture qui me suffit.
Je suis un homme qui a besoin de peu pour se soutenir.
Mon esprit a son aliment dans la Bible.
Le corps est en tout temps si préparé et tant se peine
à veiller, que mon estomac est détruit.
Je vous en prie, madame, ne soyez pas fâchée
que je vous ouvre si amicalement mes secrets ;
1850Dieu sait que je ne les voudrais dire qu’à bien peu. »
— « Encore un mot, monsieur, (dit-elle), avant que je m’en aille ;
mon enfant est mort, il y a moins de deux semaines,
peu après votre départ de notre village. »
— « J’ai vu sa mort par révélation,
dit le frère, au couvent, dans notre dortoir.
J’ose dire que, moins d’une demi-heure
après sa mort, je l’ai vu ravi dans la félicité
en ma vision, Dieu me pardonne !
De même l’ont vu notre sacristain et notre infirmier,
1860qui sont depuis cinquante ans de bons et fidèles frères ;
ils peuvent maintenant, Dieu soit loué de ses dons !
fêter leur jubilé et aller seuls[3].
Alors je me levai, et tout notre couvent aussi,
bien des larmes coulant le long de mes joues,
sans bruit ni fracas de cloches. ;
nous chantâmes le Te Deum et rien autre,
sauf que je fis à Jésus-Christ une oraison,

  1. En français dans le texte.
  2. En français dans le texte.
  3. Les frères devaient selon la règle sortir par deux. C'est le cas de celui du conte (voir v. 1 740). L’exemption étafit une faveur accordée à la piété et à l’âge.