Page:Chaudon, Delandine, Goigoux - Dictionnaire historique, tome 28.djvu/3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ABRÉGÉ CHRONOLOGIQUE A

DE »

IJHI ~ TOIRE UNIVERSELLE.

U* * i * * 1

1 IDÉE DE LA CHBQNOLOGIE,

De ses parties et de ses princánès., ’ ;

LL chronologie est l’art d’arranger les événemens historiques selon l’ordre des temps ou ils sont arrivés ; ce qui souvent souffre des difficultés. Tous ceux qui lisent ou qui étudient, ne sont point appelés il se jeter dans ces discussions toujours épineuses, et qui laissent il l’esprit une sécheresse peu satisfaisante ; mais tous peuvent et doivent savoir que la science de la chronologie, ou des temps, est composée de jours, de mois et d’années, et que toutes cet parties n’ont pas toujours été les mêmes dans l’antiquité, comme elles ne sont pas encore aujourrfhui les mêmes chez tous les peuples.

Lg manière de compter les jours n’était pas anciennement la même : les Juifs commençaient le jour par le soir, et le finissaient le lendemain à pareille heure (1) ; c’était, u ne suite de ces paroles divin Genèse, chap. 1. Ez vesperè et mano factus est dit : primus. Ils ont conserve le même usage, et commencent encore le Sabbat le Vendredi après midi, et il dure jusqu’au soir du Samedi. L’Église a imité les anciens Juifs, et conserve toujours le même usage, puisque les grandes fêtes commencent la veille ar ceiqulfisve nomme les premières vêpres ; mais dans l’usage de la vie civile, le jour va depuis un minuit jusqu’à l’autre. Le véritable jour se divisait en quatre parties égales, savoir : prinw qui commençait à six heures du matin, tierce à neuf heures, nazie in midi et none à trois heures. Ces quatre parties étaient précédées d’une station, å laquelle on a donné le nom de matines, comme on adonné celui de vêpres ou de soirée nu temps qui les suit. Cette pratique s’est conservée dans l’Église, mais il n y a d’ailleurs que deux différentes divisions du jour.-Les uns-le partagent endemi luis douze heures ; c’est ce qui se pratique en France et dans presque tous les États de l’Europe : au lieu que d’autres donnent au jour - : ;¢,

(1) Cet usage existe encore généralement ou Italie. ’Y V,) I. I

¢Î¢*..› -