Page:Chennevière - Poèmes, 1920.djvu/102

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Elle est déjà repartie…
Quand reviendras-tu me voir,
O compagne d’un instant,
Petite lueur précaire ?…

III
 
Mais je saurai bien la suivre.
Je la retrouve dehors.
Elle oriente ma vie
Dans la ville et dans les rues.

Elle est au milieu du port,
Sur l’horloge du grand pont,
Sur des sacs qui ont l’odeur
Des régions légendaires.

Elle luit sur le ruisseau
D’une ruelle écartée,
Et des hommes la regardent
En buvant à un comptoir.

Elle éclaire des coins tristes
Où se rouillent des ferrailles,
Un hangar où l’on remise
Du charbon et des voitures.