Page:Chevalley - Le Roman anglais de notre temps.djvu/235

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Jeunes srg La guerre, qui a révélé tant de poètes et tant de héros parmi les adolescents universitaires,- ne fît que renforcer cette tendance. Le métier de précurseur devint avan- tageux. Beaucoup de saint Jean- Baptiste, qui ne vivaient point au désert, — ni de sauterelles, — passèrent leurs jours à annoncer le Messie du roman. Ces poussins de la gloire ont eu des malheurs de mue. Compton Mackenzie, l'un des plus vantés, fut l'un des plus atteints. Fils d'un acteur et d'une actrice connus, estimés, Compton Mackenzie était enclin par ses origines et son éducation à devenir un mime littéraire. Il a imité avec talent les grâces du dix-huitième siècle dans A Passionate Elopetnent. Il a, dans Carnival, conté avec verve, à la manière des Goncourt, l'enfance et la jeunesse d'une « ballet-gîrl » de Londres. Avec une abondance croissante de détails superflus, et de menus faits sans portée, il a, dans Sinister Street, décrit les jours d'école et les premières amours de Michael et Stella Fane. Le sujet rappelle celui de maint roman de Gyp ou de Colette Willy. Michael et Stella, enfants issus d'une liaison irrégulière, appartiennent par leur origine aux classes les plus élevées de la société, mais leur caractère se développe dans des circonstances équivoques. Leur naissance, leur hérédité, en font des créatures exceptionnelles, qui année produirait des romanciers aussi excellents, aussi largement influents que les auteurs d'âge mûr qui étaient déjà arrivés. Les critiques passaient leur temps à deviner les gagnants. Tout jeune romancier qui montrait les signes, non pas même d'un don pour le roman, mais d'une intelligence au-dessus de la moyenne, était immédiatement désigné au succès et recevait l'offre d'un facile avènement à la gloire. Hais ces auteurs, bien qu'un ou deux soient encore dans la carrière, n'ont pas abouti. Quelques- uns obtinrent leur petit «boom » et cessèrent d'exister. D'autres sont devenus populaires, mais on ne les prend plus au sérieux comme autre- fois. La vogue du roman de Jeune n'est plus ce qu'elle était » (Solomon Eagle, The New Stattsman, January 31, 193a) j 3 fe B dbvG00gle

. ȕo