Page:Chevrier - Le Colporteur, Nourse.djvu/216

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
(201)


» Voi Jà, mon cher Fils, tont ce que^j z tem s me permet de vous écrire ; vo_j, tre efprit fupp’ééra à ce que j’ai omis, 6c » votre jufte défiance vous garantira deç » P^"^g^^ dans lefquels je fuis tombé ; adieu ;, » ma langue &’épaiffit, mes yeux fe trou-, » blent, & ma main chancellante ne me> » laifTe que le trifte plaifir de vous dire adiea gf pour toujours. »

Brochure eut à peine terminé la letîture de cette Inftruârion, que cinq heures Confièrent. La Marquife fe fit pajfer une robe, monta en carroflè, & alla en bonne fortune, dans fa petite loge de l’Opéra » elle y afllfta. à une repréfentation d’HermU mourant j hélos malheureux, dont l’agonie, longue 8c pénible, ennuya le public, & fit tort à la. réputation de l’Auteur, ou pour mieux dire confirma tout Paris dans l’idée où il eft. « jue M. Jl4<irwo » if/, Poëtenerveux, agréable conteur ; n’efi point fait pour chaullerla Cothurne.