Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ÉLÉONORE.

––––––Avec plaisir, avec transport !

BIBÈS.
––––––Enfin, nous touchons donc au port !

GINETTA, à Marcassou.
––––––Eh bien, voyez, grand nicodème !
––––––Ai-je encor trahi mon devoir ?

MARCASSOU.
––––––O chère Ginetta, je t’aime,
––––––Et tu le verras bien ce soir !…
––––––Oui, de nouveau pour toi je brûle,
––––––L’amour rallume son falot,
––––––Montons bien vite sur ma mule,
––––––Et chez nous, partons au galop !

CHŒUR.
––––––Montons vite sur la mule.
––––––Et partons tous au galop.
––––––––––––Allons !
––––––––––––Partons,

TOUS.
––––––Sur la mule qui trottine,
––––––Allons, montons, prestement,
––––––Quel plaisir, quand on chemine,
––––––De trotter si gentiment !


FIN



Imprimerie générale de Châtillon-sur-Seine, J. Robert