Page:Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses, 1869, Tome 1.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


bien fait plaisir ! aussi, c’est qu’il me semble que rien que le regarder suffit pour embellir. Je le regarderais toujours, si je ne craignais de rencontrer ses yeux : car, toutes les fois que cela m’arrive, cela me décontenance, & me fait comme de la peine ; mais ça ne fait rien.

Adieu, ma chère amie : je vais me mettre à ma toilette. Je t’aime toujours comme de coutume.

Paris, ce 14 août 17….



Lettre XV

Du Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil

Il est bien honnête à vous de ne pas m’abandonner à mon triste sort. La vie que je mène ici est réellement fatigante, par l’excès de son repos & son insipide uniformité. En lisant votre lettre & le détail de votre charmante journée, j’ai été tentée vingt fois de prétexter une affaire, de voler à vos pieds, & de vous y demander, en ma faveur, une infidélité à votre chevalier, qui, après tout, ne mérite pas son bonheur. Savez-vous que vous m’avez rendu jaloux de lui ? Que me parlez-vous d’éternelle rupture ? J’abjure ce serment, prononcé dans le délire : nous n’aurions pas été dignes de le faire, si nous eussions dû le garder. Ah !