Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


la peine de les récolter au moyen des machines anglaises et de les mettre ensuite dans sa bouche.

Il pensait encore aux vaches qu’il comptait élever. Quelles vaches ! Ni peau ni viande ! Rien que du lait ! Des rivières de lait !

Il pensait aux fraises merveilleuses qu’il comptait planter, toutes doubles et triples ! Des fraises de poids ! Rien que cinq fraises à la livre. Il songeait à la grande quantité de ces fraises qu’il vendrait à Moscou.

Enfin, las de penser, il voulut se regarder dans la glace, mais une épaisse couche de poussière la couvrait déjà.

« Sennka ! s’écria-t-il oubliant qu’il n’y avait plus personne à son service, mais aussitôt il se reprit et dit :

— Tenons ferme jusqu’au bout. Je ferai bien voir à tous ces libéraux ce dont est capable une âme forte. »