Page:Clémenceau-Jacquemaire - Madame Roland, 1926.djvu/115

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
109
LA PRISON. — LA GUILLOTINE

mais l’homme en place qui les tolère est à jamais déshonoré…

Fais maintenant de beaux écrits ; explique en philosophe les causes des événements, les passions, les erreurs qui les ont accompagnées, la postérité dira toujours : il fortifia le parti qui avilit la représentation nationale ; il invita la Convention à plier devant une poignée d’anarchistes ; il porta secours et appui à une Commune usurpatrice qui méconnut l’autorité législative et proscrivit la vertu.

Va, je sais ce que précèdent ordinairement ces provocations outrageantes. Que m’importe ? Depuis longtemps je suis prête. Dans tous les cas reçois cet adieu que j’envoie, comme le vautour, ronger ton cœur.

Depuis l’insurrection du 31 mai, les pouvoirs publics se débattent dans une confusion où ne se distingue plus aucune base solide. La Convention s’est suicidée en livrant vingt-deux de ses membres à la Commune qui, du reste, n’en a pas été fortifiée. Danton s’abandonne au courant, Robespierre est dans l’expectative, et les hébertistes résument l’anxiété générale par un mot sombre : « Les Girondins vivent encore. » Ainsi, dans la Rome impériale, en temps de calamité publique, s’élevait un cri sauvage : « Les chrétiens aux lions ! »

Au hasard d’une parole de carrefour, des comités insurrectionnels sont sortis de ce chaos et vont d’autant plus vite en besogne qu’ils ne s’embarrassent pas de la légalité où Mme Roland, fidèle théoricienne de la Révolution, se retranche contre la tyrannie.

Arrêtée chez elle, au milieu de la nuit, par ordre d’un comité révolutionnaire, elle s’était fait montrer un pouvoir illégal où le motif était en blanc. Républicaine instruite et disciplinée, elle ressent l’outrage infligé à la loi avant l’injure faite à sa personne et à son caractère. La loi ordonne que le mandat d’arrêt soit signé d’un magistrat en fonction. La loi commande que tout prisonnier soit interrogé dans les vingt-quatre heures. Quoique incarcérée depuis vingt jours, elle n’a encore subi aucun interrogatoire. Enfin, quand on est venu l’arrêter, cinquante, cent personnes, circulaient dans l’appartement dont la porta était ouverte et rien n’empêchait une main maligne d’introduire un papier compromettant dans la bibliothèque, par exemple.