Page:Clémenceau-Jacquemaire - Madame Roland, 1926.djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
54
MADAME ROLAND

publics. Cela ne l’empêche pas cependant de donner une fête rustique pour clôturer les vendanges et célébrer en même temps l’anniversaire de la naissance de sa fille qui entre dans sa huitième année. Colette et Lucas dansent des rigodons sur les airs sautillants et grêles du dix-huitième siècle, mais au loin la bouche amère de M. de Talleyrand dira bientôt, en ricanant, qu’elle est finie la douceur de vivre.