Page:Clément - La Revanche des communeux.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Mais la société est encore sur le pied de guerre !

Plus que jamais, les dépossédés sont en droit de légitime insurrection !

Le Prolétariat en est encore à porter le deuil de ses défaites !

On le traite encore en paria, en vaincu !

Enfin, le 14 juillet n’est pas la fête du peuple, la fête de tous, la fête de la Sociale !

Le drapeau tricolore entend flotter seul et triomphalement de la mansarde à la Morgue, de la boutique au Mont-de-Piété, de Mazas au palais de Justice, de l’Hôtel-Dieu à la Bourse, de la Préfecture de police au Palais-Bourbon, de la caserne au bagne !

Nous en sommes encore au : Silence aux pauvres !…

Nous vivons encore sous le régime de : Malheur aux vaincus.!…

Or, tant que la justice sociale n’aura pas triomphé, nous nous servirons des cloches pour sonner le tocsin, du drapeau rouge comme signe de ralliement, des tambours pour battre la charge et monter à l’assaut du vieux monde !


II
1871


Ces quatre chiffres dans les plis de notre drapeau en disent plus, pour le peuple, que tous les