Page:Clément - La Revanche des communeux.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ce joli monsieur ! répondîmes-nous, on vous attend là-bas, et l’on va vous arranger.

Sur cette bonne prophétie qui devait si bien se réaliser, la bande se remit en route, à l’exception d’un bon garçon, compositeur de musique, qui nous demanda si réellement ça pourrait tourner au vilain ?

— Mais certainement. Voyons, vous n’êtes pas sans avoir en tête un joli motif de valse ?…

— Oh ! oui.

— Eh bien, rentrez donc chez vous et mettez-vous à votre piano, ça vaudra beaucoup mieux.

Il ne se le fit pas dire deux fois ; et c’est peut-être à ce bon conseil que nos lectrices doivent une jolie valse qu’elles ont probablement beaucoup aimée.

On sait le reste : Ce n’est qu’en infligeant aux manifestants la leçon à laquelle ils s’étaient exposés que le citoyen Maljournal, blessé dans la bagarre, et le citoyen Bergeret purent rester maîtres de la place, et, j’ajouterai que ce ne fut pas trop de cet acte énergique pour sauver la situation ce jour-là, faire respecter le Comité central, et calmer un tant soit peu les fanfaronnades des forcenés de l’ordre.


X
TROIS BONS DÉCRETS


Il ne faut pas croire que la façon dont nos ennemis apprécient les actes les plus louables soit seu-