Page:Claudel - Le Pain dur, 1918.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Louis

Ne vous y fiez pas trop, je vous le conseille. Oui, regardez-moi, Monsieur, vous m’avez bien regardé ?

Et ne quittez pas cette table, je vous le défends ! Ne bougez bras ni jambes, je vous dis ! Fixe !

Ah ! Ah ! je vois une grosse bosse sous votre redingote. C’est l’argent que vous a donné Habenix ?


Turelure

Ne fais pas de bêtises.


Louis

Et vous, ne faites pas le dévorant avec moi, je vous le conseille, Monsieur mon père !

Vous voulez voir ce qu’il y a dans ce petit sac ?

Il ouvre le sac et en tire les deux
pistolets qu’il arme et place
soigneusement devant lui.

Turelure

Gamin, ce que tu fais est de bien mauvais goût.

Si tu tires, on viendra.


Louis

Tout le monde est dans l’autre aile de la maison,

Par les soins de Sichel.