Page:Claudel - Le Pain dur, 1918.djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Lumîr

L’honneur et le devoir avant tout.


Sichel

C’est l’honneur et le devoir qui vous poussent à capter un vieillard imbécile ?


Lumîr

Oui.


Sichel

Et à trahir celui qui vous aime ?


Lumîr

Montrez-moi les lettres que le capitaine vous a écrites.


Sichel

Je pense qu’il vous aime sincèrement.


Lumîr

Je l’aime aussi.


Sichel

Pas autant que ces dix mille francs à récupérer.


Lumîr

Je les lui ai donnés.


Sichel

Prêtés.


Lumîr

Je lui ai donné ma vie.


Sichel

Prêtée à de gros intérêts.


Lumîr

Nous avons fait assez. Je n’ai pas le droit d’être plus généreuse envers ce Français.

C’est mon frère qui lui a sauvé la vie, le rapportant tout sanglant de la brèche de Constantine.

Et c’est moi ensuite qui l’ai soigné.

C’est mon frère et moi qui l’aidions pendant