Page:Claudel - Le Pain dur, 1918.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’argent ? Pas un sou que nous ne t’ayons donné, ce qui était à nous et pas.

Sans reçu, sans intérêts, en vrais militaires, en chics camarades, en hommes du même çouf.

Mon frère est mort à ton service, maintenant, je suis seule.


Louis

Il est cependant permis de réfléchir et de chercher sa voie.


Lumîr

Il n’est pas permis de réfléchir et il n’y a qu’une voie.


Louis

Le cœur me lève à l’idée de porter la main sur le vieux Monsieur.


Lumîr, doucement.

Louis, sauve-moi. Je suis seule sur la terre.


Louis

Tu as confiance en moi ?


Lumîr

Oui, j’ai confiance en toi.


Louis

Donne-moi le sac.


Lumîr
ouvre le sac et en tire deux pistolets.

Fais attention !

Il y a dedans deux pistolets, l’un grand, l’autre petit.

Je les ai chargés moi-même ce matin.


Louis

Bien.