Page:Clausewitz - Théorie de la grande guerre, III.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



CHAPITRE III.

OBJET DE L’OFFENSIVE STRATÉGIQUE.


Dans l’une comme dans l’autre forme de l’action à la guerre renverser l’ennemi est le but et détruire ses forces armées est le moyen. En détruisant les forces armées de l’adversaire, le défenseur en arrive à l’offensive et l’attaquant à la conquête du pays. La conquête est donc l’objet de l’offensive, que ce soit d’ailleurs la conquête du territoire entier ou seulement la conquête d’une partie de ce territoire telle qu’une province, un district, une place forte, etc. Au point de vue politique, en effet, qu’on la conserve ou qu’on l’échange, chacune de ces conquêtes peut avoir une certaine valeur au moment de la conclusion de la paix.

On voit que l’objet de l’offensive stratégique comporte un nombre infini de degrés, depuis la conquête du pays entier jusqu’à celle de la place forte la moins importante. Aussitôt que ce but est atteint, l’offensive cesse et la défensive commence. On pourrait donc être porté à se représenter une attaque stratégique comme une unité nettement déterminée. Il n’en est cependant pas réellement ainsi, et, dans la pratique, l’instant où l’offensive se transforme en défensive est aussi indéterminé